La grève à la SNCF, vous allez me dire que je ne suis pas concernée, mais mes enfants et mes petits enfants le sont.
Je plains tous ces gens obligés de se rendre à leur travail et se tassant pendant des heures sur un quai en espérant voir venir un train. Il y a eu des malaises. Une femme a dit : «  On nous considère comme du bétail », ce qui n’est pas vrai car si les animaux étaient traités comme cela, la SPA interviendrait.

Les cheminots se plaignent de travailler le dimanche et les jours de fêtes. Ce n’est pas vrai, ils sont d’astreinte à tour de rôle. Et puis, c’est la même chose pour les médecins, les boulangers, la police. Il m’est arrivée de me rendre au labo le dimanche, sans supplément de salaire.
Je comprends que lorsqu’on a des privilèges, on ne peut pas les abandonner. Mais cela ne devrait pas concerner les nouveaux embauchés. Personne n’oblige quelqu’un à devenir fonctionnaire et personne n’empêche un fonctionnaire de démissionner pour aller dans le privé.

Et ils sont soutenus...par des écrivains qui n’ont pas d’horaires et qui circulent en voiture !

Tout cela est pour notre bien. Pour ne pas supprimer de gares, ce qui est déjà fait. Pour assurer un service public avec des trains continuellement en retard. Le TGV est un gouffre. Les voies sont mal entretenues. Nos impôts comblent le déficit, et ils refusent la concurence.

On voit qu’en France, personne ne veut de changement et qu’il faut continuer à dépenser l’argent qu’on n’a pas. L’avenir me fait peur.

Et si Macron veut diminuer le nombre de députés, il manifesteront peut-être aussi.